Ventilation naturelle




La circulation de l'air est provoquée par la différence de température et la différence de pression sous l'action du vent entre l'extérieur et le logement. Elle se fait à l'aide de grilles d'aération basses et hautes.



Bien conçu en fonction des conditions climatiques et des caractéristiques de la maison, il peut l'aérer de façon satisfaisante.
Ce système est souvent trop important en hiver, pas assez en été. 
Si les grilles sont bouchées, volontairement ou non, il ne fonctionne pas.


Ventilation par conduits à tirage naturel


Le principe est le même que pour la ventilation naturelle, c'est l'installation qui diffère :
- Chaque pièce de service (cuisine, salle de bain, toilettes) du logement possède une sortie d'air fixes ou réglables manuellement raccordée à un conduit d'évacuation fonctionnant par tirage naturel.
- Chaque pièce principale est équipée d'un orifice d'entrée d'air neuf de type autoréglable (ajustement de la section de passage de l'air en fonction du vent).
Le renouvellement de l'air d'un logement ventilé naturellement varie en fonction des conditions climatiques.


La ventilation mécanique contrôlée (VMC)


Les systèmes de ventilation mécanique sont équipés d'un moteur électrique qui actionne un ventilateur.
Ces installations assurent une circulation, et donc un renouvellement permanent de l'air des logements. Avec des entrées d'air adaptées, cette circulation ne dépend pas des conditions climatiques extérieures.
Les techniques évoluent depuis la généralisation des ventilations mécaniques contrôlées (VMC) et il existe différentes solutions :


La VMC simple-flux

L'air frais venant du dehors traverse d'abord les pièces de séjour et les chambres (entrées d'air sur les ouvrants) et est évacué des pièces de service par un groupe d'extraction comportant un ventilateur.
- Avantages : indépendant des conditions climatiques, débit d'air entrant constant.
- Inconvénients : Ne tient pas compte des variations d'humidité, de chaleur.


Les VMC simple-flux autoréglables

Modification automatique du passage de l'air pour maintenir un débit d'air constant.
- Avantages : même débit d'air quelles que soient les conditions extérieures (vent, pluie) et intérieures (nombre d'occupants, humidité), diminution de la condensation.
- Inconvénients : ne tient pas compte de la température et de l'humidité, économie d'énergie.


Les VMC hygroréglables

Installation d'entrées d'air avec détecteur d'humidité, de bouches d'extraction et d'un ventilateur hygroréglable.
- Avantages : adaptation du débit en fonction de l'humidité ambiante, ce qui permet des économies d'énergie.
- Inconvénients : conçues pour réagir à l'humidité, pas d'efficacité supplémentaire pour les polluants chimiques.


Les VMC double-flux

Installation d'une entrée d'air neuf filtré, chauffé par récupération d'environ 75% de la chaleur de l'air extrait (sans mélange). L'air neuf est insufflé dans les pièces principales et l'air vicié est extrait à l'aide d'un ventilateur par des sorties d'air en partie haute des pièces de service.
- Avantages : Absence de sensation de courant d'air. l'air filtré permet une amélioration des problèmes respiratoires chez les allergiques, les asthmatiques et les personnes âgées. Economie d'énergie car limiter les pertes de chaleur inhérentes à la ventilation
- Inconvénients : Le bâtiment ne doit pas avoir de défaut d'étanchéité. Equipement plus coûteux, mais il permet des économies de chauffages importantes.


La ventilation mécanique répartie (VMR)

Constituée d'aérateurs individuels placés dans les pièces de service. Elle fonctionne selon le même principe qu'une VMC (balayage de l'air depuis les pièces principales jusqu'aux pièces de service d'où il est rejeté, en passant sous les portes de communication).
- Avantages : Ce système convient en rénovation, quand la pose d'une VMC est trop problématique. Il existe des modèles d'aérateurs silencieux et consommant peu d'électricité.



Entretien

Le respect de quelques principes simples est la condition pour assurer le bon fonctionnement de la VMC, quelle que soit la solution technique retenue. Bien conçue, bien installée et bien entretenue pour respecter notre santé, celle de nos logements et la maîtrise énergétique.
  • Tous les deux à cinq ansfaites vérifier et entretenir votre installation de ventilation, dépoussiérage du moteur à minima. Le moteur du ventilateur est sensible à l'usure et peut à la longue fonctionner moins bien et plus bruyamment. 
  • Tous les trimestres, plus si cela semble nécessaires, enlever les bouches d’extraction d’air et les nettoyer avec une eau savonneuse, avant de les sécher et de les remettre en place. 
  • Régulièrement dépoussiérer les entrées d’air, et les démonter une fois par an pour vérifier les mousses qu’elles peuvent contenir.