Pourquoi doit-on renouveler l’air à l’intérieur des locaux ? 

Dans les constructions anciennes, la ventilation avait lieu de façon «naturelle » car les passages de courant d'air garantissaient toujours une ventilation, mais au prix de grands gaspillages énergétiques et d’inconfort. Le choc pétrolier de 1973 a révolutionné cette situation. Les prix élevés des moyens énergétiques, et les exigences plus strictes sur la protection de l'environnement ont incité à l’isolation et au calfeutrement. 

Les habitations modernes sont dès lors tellement isolées que, sans ventilation, la moindre particule d'air ne peut plus s'échapper.
Conséquences : un climat intérieur humide (propice aux moisissures), un air vicié par les polluants biologiques (le confinement permet aux acariens et aux moisissures de se développer), ou chimiques (utilisation croissante de matériaux synthétiques et de produits chimiques, production de gaz carbonique lors de la combustion et de la respiration, ou encore de poussières). 

La qualité de l'air dans les logements est progressivement dégradée. Le renouvellement de l'air permet de l'assainir, de le dépoussiérer, de réguler l'hygrométrie relative est donc une nécessité pour notre bien être mais aussi celui de notre habitation. 


Ventilation

Ventilation et Santé

Un non renouvellement de l’air intérieur peut avoir une influence sur le climat ambiant, et donc sur notre bien-être et notre santé.
Une famille moyenne produit, par la respiration et toute action qui génère des vapeurs d’eau (douche, cuisine, séchage du linge,…) entre 14 à 20 litres d'humidité en 24 heures, mais aussi toutes sortes de poussières provenant des vêtements, des literies, des revêtements muraux ou des sols, des journaux et des cigarettes….. 

Dans une maison mal ventilée, les personnes sensibles au niveau du système respiratoire (de 5 à 20% de la population) aggravent les symptômes, et les personnes non sensibles peuvent le devenir. 


Ventilation et Environement

Les systèmes de ventilation modernes donnent la possibilité de répondre aux exigences, toujours plus importantes, des autorités quant à l'environnement et aux sources d'énergie. Ces systèmes consomment en outre très peu d'énergie et contribuent ainsi indirectement à une diminution du CO2. 
L'apport essentiel environnemental de ce système est sans doute celui de la qualité de l'air intérieur des habitations, nettoyé en permanence de nombre de ses polluants. 


Ventilation et législation

Le décret du 22 octobre 1955 et l’arrêté du 14 novembre 1958 relatif à l’aération des logements (neufs) ont introduit le principe d’aération par pièce. Cette aération peut être réalisée soit par ouverture des fenêtres, soit de façon permanente (au moyen de grilles d’aération ou d’un système de ventilation). 

L’arrêté du 22 octobre 1969 relatif à l’aération des logements (neufs) a fixé le principe de la ventilation générale et permanente des logements, par ventilation naturelle par conduits à tirage naturel ou par ventilation mécanique. 

Dans les deux cas, les pièces principales doivent comporter des entrées d’air, et l’évacuation de l’air se fait dans les pièces de service (cuisine, salles d’eau, toilettes), l’air devant pouvoir circuler librement des pièces principales vers les pièces de service.
Note : Des exceptions à ce principe sont prévues en maisons individuelles, ainsi que pour les immeubles collectifs situés dans certains départements (possibilité d’aération par pièce). 

Les arrêtés du 24 mars 1982 et du 28 octobre 1983 relatifs à l’aération des logements (neufs), en vigueur pour les nouvelles constructions, ont conservé le principe de ventilation générale et permanente de l’arrêté du 22 octobre 1969. Ils fixent des exigences de débits d’air extrait minimum en pièces de service, et autorisent la modulation des débits. 

Ventilation et Energie

Il faut considérer avec attention deux éléments contradictoires, la ventilation et l'économie d'énergie. La ventilation conduit à une perte de chaleur, puisque l'air chaud est rejeté à l'extérieur alors que l'air frais venant du dehors doit être à nouveau réchauffé. Il en résulte donc un surcroît d'utilisation d'énergie. C’est pour cela que les systèmes de ventilation modernes consomment très peu de courant, et que les systèmes « double flux » récupèrent la chaleur de l'air sortant, afin de diminuer cette perte, qui est alors minime.
 
Quand les grilles de ventilation sont fermées sous prétexte d'éviter les pertes de chaleur, l'air intérieur saturé en humidité donne une sensation de froid et on a tendance à augmenter le chauffage, d’où une augmentation des frais en chauffage. 


La ventilation en tant qu'élément du climat ambiant

La ventilation est seulement « un » des éléments qui contribuent à une atmosphère intérieure saine et confortable. 
Ainsi, c’est l’ensemble des éléments (type de construction, matériaux utilisés, chauffage, ventilation,…) qui vont constituer notre environnement et créer un climat ambiant qui contribuera à la santé, au bien être, et à un climat positif. 

Ventilation et nuisance sonore

La nuisance sonore peut provenir de différents éléments : le moteur, les conduits d’extraction d’air mal isolés, le bruit extérieur qui s’introduit par les entrées d’air.
Les installations de ventilation fonctionnent d'une manière de moins en moins audible. La gêne acoustique devient négligeable, et les systèmes de ventilation type « double flux » ne nécessitant plus de grilles d'entrées d'air dans les châssis de fenêtre, il n’y a plus de nuisance sonore extérieure. 




Régulation de la ventilation

Les systèmes de ventilation sont, pour la plupart, commandés par un régulateur placé dans la cuisine, qui comprend la plupart du temps 2 positions; une régulation moyenne et une régulation haute pour une ventilation efficace durant les temps de cuisson, d'utilisation des douche et salle de bain. 
Pour un fonctionnement optimal et pour limiter au maximum les pertes d'énergie, il est important que la ventilation fonctionne de manière continue. 


ATTENTION :. L'apport d'air frais provenant de l'extérieur est fondamental pour assurer une ventilation efficace. C'est pourquoi vous ne devez jamais obstruer les grilles de ventilation placées dans les châssis de fenêtre, même en hiver. 


Quelques conseils d'installation

Les systèmes de ventilation exigent de l'entretien. Ils doivent être régulièrement vérités et nettoyés. 

Lors de l'installation, il faut veiller à ce que:
  •  les éléments nécessitant un entretien soient facilement accessibles.
  • les conduits d'amenée ou d'évacuation comprennent le moins possible de coudes. L'utilisation de gaines flexibles est déconseillée, car difficiles, voir impossible d’entretien. Si des conduits flexibles se révèlent indispensables à l'installation, ils doivent être alors exclusivement placés là où ils sont facilement accessibles, en évitant au maximum les coudes. 



Entretien

Tous les deux à cinq ans, faites vérifier et entretenir votre installation de ventilation, dépoussiérage du moteur à minima. Le moteur du ventilateur est sensible à l'usure et peut à la longue fonctionner moins bien et plus bruyamment.
Tous les trimestres, plus si cela semble nécessaires, enlever les bouches d’extraction d’air et les nettoyer avec une eau savonneuse, avant de les sécher et de les remettre en place.
Régulièrement dépoussiérer les entrées d’air, et les démonter une fois par an pour vérifier les mousses qu’elles peuvent contenir.