Etat des lieux

Nous passons 90% de notre temps dans des espaces clos (logement, milieux professionnels et culturels, école, transport,...) dont au moins 50% dans notre habitat. 

Paradoxalement, selon l'observatoire de la qualité de l'air intérieur, la pollution serait 5 à 10 fois plus importante à l'intérieur qu'à l'extérieur, avec des polluants spécifiques mais aussi par les polluants qui viennent de l'extérieur (pollution atmosphérique, pollens, moisissures,....). 

Afin de diminuer de la facture énergétique et d'augmenter le confort thermique, les espaces sont de plus en plus étanches, et le renouvellement de l'air peut être insuffisant.A cela s'ajoute des facteurs qui peuvent, aussi, intervenir dans la dégradation de la qualité de l'air intérieur:
  • Des apports croissants de polluants "domestiques" tels que le tabac, les matériaux de construction et de décoration, produits d’entretien,.....
  • Une augmentation de l'humidité
  • Une augmentation des polluants biologiques dans les locaux

Expositions

Expositions aiguës: lors d'expositions sur de courtes durées, mais à de fortes concentrations de polluants, cela peut provoquer des symptômes d'irritations de la peau, des muqueuses des voies aériennes supérieures et bronchiques, des nausées, des céphalées,...mais aussi entraîner le décès dans le cas par exemple du Monoxyde de Carbone (CO).

Expositions chroniques: Lors d'expositions de longue durée à de faibles doses, il peut se développer des pathologies respiratoires, neurologiques, cardio-vasculaire, endocriniennes,...pouvant aller jusqu'à la déclaration de cancer.

Cocktail chimique: Les substances chimiques interagissent entre elles pour créer des cocktails chimiques, dont nous ignorons toute la composition et tous les effets.


Nouveau : prenez rendez-vous avez votre CMEI


 
Observatoire de la qualité de l'air intérieur: http://www.oqai.fr